Pour ses 60 ans, Pascal a eu l’occasion de réaliser l’un de ses rêves: partir à la conquête du Kilimandjaro. Il a eu la gentillesse de nous raconter son aventure.

Peux-tu nous dire quelques mots sur toi stp ?

Jeune retraité, j’ai toujours aimé découvrir d’autres pays. J’espère pouvoir plus profiter de mon temps libre pour aller à l’aventure dans les pays que je n’ai pas encore visités.

Où es-tu parti et pendant combien de temps ?

Je suis parti en Tanzanie pour deux semaines: la première pour visiter trois parcs animaliers et la deuxième pour faire l’ascension du Kilimandjaro.

Es-tu parti seul ?

Non, je suis parti avec mon beau-fils et trois Français qui nous ont rejoints pour le trek sur le Kilimandjaro. Ces derniers ont été contactés via Internet grâce au site de Bond n Fly.

Pourquoi avoir choisi la Tanzanie?

Pour visiter les parcs animaliers aux environs d’Arusha et « gravir » le Kilimandjaro.

kili
Entre marche d’approche et marche d’acclimatation, le Kilimandjaro deviant, au fil des jours, de plus en plus imposant.

Te souviens-tu de ta première impression lorsque tu es arrivé dans ce pays ?

Je me souviens du dépaysement total que j’ai ressenti, mais aussi de l’impression d’être dans un autre monde, une vie trépidante dans un tohu-bohu indescriptible.

Dis-nous en plus sur ton ascension du Kilimandjaro.

Ce fut une expérience extraordinaire. Notre groupe s’est soudé au fil des heures de marche. Nous avons aussi bénéficié d’une équipe d’encadrement très dévouée (guides, équipe cuisine, porteurs). L’ascension de ce volcan n’est pas une sinécure. L’acclimatation, les conditions de haute montagne, la fatigue rendent la marche difficile et exigent une bonne santé.

Quel est ton plus beau souvenir ?

La joie des porteurs qui nous accueillaient par des chants en swahili lors de notre arrivée sur le lieu des divers campements ainsi que la beauté des différents paysages traversés.

porteurs
La pesée de la charge que chaque porteur aura sur son dos tout le long de l’ascencion du Kilimandjaro. Cette charge ne doit pas dépasser 20 kilos.

Es-tu entré en contact avec la population locale ? Si oui, comment ?

Oui, principalement avec les guides et l’équipe des porteurs. J’ai pu apprendre comment ils vivent dans leur pays. Nous communiquions essentiellement en anglais.

Quels conseils donnerais-tu aux voyageurs qui aimeraient faire le même voyage que toi ?

Je leur conseillerais de bien choisir la période et de ne pas hésiter à investir pour un équipement de bonne qualité afin d’avoir le meilleur confort possible. Il faut aussi se préparer à devoir marcher de longues heures.

Deuxième camp le Shira 1 altitude 3610m, (le plus plat). Le but est encore très loin.

tentes
Deuxième camp le Shira (3610 m). Le but est encore très loin. 

Y a-t-il quelque chose que tu ferais différemment ?

Je corrigerais certaines erreurs vestimentaires.

Et sinon : what’s next?

J’aimerais pouvoir partir plusieurs mois à la découverte de l’Australie.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s